Translate

26/05/2017

Un conte de perles d’eau


Apparitions aquatiques sur le bord de l’évier. Un conte de perles d’eau.
Une femme élancée, sorte de rémanence d’une cité interdite, glisse doucement vers l’oubli ; tant oubliée déjà et pourtant si présente. Seule avec les fantômes à peine esquissés de sa solitude, un doigt sur le menton, elle semble méditer. Elle passe. Elle ne fait que passer, elle ne sait que passer.
Dans les plis de sa robe, quelques ébauches de silhouettes hésitent à se montrer, la crainte les contraint bien plus que la lumière, mais elles l’ignorent.
- « Tu ne seras point.»
Il en faut du courage pour bousculer un tel précepte ! C’est écrit si profondément en soi. Comment s’en départir sans perdre ses repères et risquer de se dissoudre dans un néant supposé pire que la prison dont on connaît chaque mur ?
Le profil d’un Moaï, dans la certitude de sa solidité, domine ces chimères. Le poids est sa puissance. Il méprise la force de l’eau, cette patience qui un jour le couchera irrémédiablement.
Ici, tout n’est que silence. Rien pour troubler la paix d’ombre de l’horizon incertain vers lequel les herbes, bercées par le courant, s’inclinent.
Tout se dessine dans l’instant, l’instant qui n’en finit pas d’être et de se transformer.
 
 
 
 
 
Image ©Adamante
 
 

3 commentaires:

  1. Il faudra que je regarde plus sérieusement mon évier Adamante... c'est joliment dit tout cela ! Bizzz

    RépondreSupprimer
  2. Tout change, mais chaque instant est précieux.
    Merci pour cette belle page, Adamante.

    RépondreSupprimer
  3. Hahaha, le commentaire de Jill bill me fait sourire!!
    Oui, c'est vrai tu manie les mots merveilleusement!
    Ton image est surprenante - c'est ton evier??? - je ne sais pas trop l'analyser!!
    Bises et belle journée Adamante :))))))

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.