Translate

09/08/2013

Fait divers


Les hauts de Pantin
une femme
elle pleure
soutenue
par un flic
je suis à ma fenêtre
un tel désespoir
cela touche
elle vomit
cela sent la mort
le drame
sans doute
un enfant
qui a mal tourné

Je le saurai plus tard
en écoutant la radio

Pour l’instant
je ne sais rien
je m’interroge
le quartier est verrouillé
la police est partout
pompiers
samu
attendent
les passants s’arrêtent
s’inquiètent

Un hélicoptère
nous observe
à peine s’il bouge
en vrombissant
c’est lui
qui m’a alertée

Un fait divers
« deux hommes en moto
ont descendu un jeune de vingt ans
connu des services de police… »

Je soupire

Ce soir
une mère pleure
victime
désemparée
d’un monde
à la dérive.

12 commentaires:

  1. Le poème amplifie le tragique d'un fait divers, de plus en plus banalisé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Banalisé est le mot, tout va si vite.

      Supprimer
  2. Bonsoir Adamante,
    Tes prases courtes et précises peignent bien la réalité de la scène.Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un ressenti profond, des mots qui libèrent. Merci de ta visite.

      Supprimer
  3. "faits divers"... hélas, ils ne sont divers que pour ceux qui ne sont pas touchés.

    Ton poème rend à cet événement poignant toute son émotion.

    Merci, Adamante, pour tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, tragédies urbaines, pas de mise en scène, pas de projecteurs, juste le regard des passants et le lendemain, le vide et le silence. Belle nuit à toi.

      Supprimer
  4. Bonsoir Admante, lu sur ton autre blog hier...que dire, le mal court les rues et la société est rongée ! Bien à toi, jill

    RépondreSupprimer
  5. Bref et explicite, malheureusement ce n'est plus rare..hélas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'habitude accompagne les infos des médias, mais quand le fait se rapproche c'est différent, soudain l'ampleur devient perceptible.

      Supprimer
  6. Un fait qui n'a de divers que ce qu'en font les projecteurs, et les journalistes... La peine familiale est trop lourde, le mal de notre société profond... Les jeunes à la dérive dans un monde qui n'a plus de limites...
    Tristesse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de peine et aussi l'espoir que le monde se pacifie.

      Supprimer
  7. "divers"... tu parles d'une diversion...
    un fait majeur pour chacun de ceux qui font le fait...

    doux bisous dans un soupir prolongé

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.